Questions Fréquentes

Coaching

L’accompagnement en coaching se fait sur-mesure, en fonction des problématiques et enjeux de chaque professionnel sous le format suivant :

  • un accompagnement sur le long terme : généralement entre 8 et 10 séances, à adapter (+/-) en fonction de la demande
  • séances d’1h30, tous les 15 jours environ
  • une première rencontre, essentielle, pour faire le point sur le besoin, le format, le bon « matching » avec le coach, avant de s’engager

==> Nous ne facturons pas cette première séance, qui peut avoir lieu en visio ou en présentiel.

Nous contacter pour un premier rendez-vous gratuit : heloise.tillinac@neowork-lab.fr

Qu'est-ce que le coaching ?

Le terme « coaching » est aujourd’hui employé par de très nombreux acteurs, de manière plus ou moins considérée. Chaque jour, des « services » se développent sous ce terme, sans grand rapport avec le coaching professionnel à proprement parler, accompagnement professionnel de la personne dans ses problématiques de carrière. Le coaching en quelques mots c’est : 

  • un travail de questionnement, de mise en miroir, de recadrage, de maïeutique (accouchement des idées) : le coaching professionnel n’est pas un coaching sportif ou vocal. Il ne s’agit pas d’un entraînement intensif ou d’une « recette miracle » mais d’un travail de mise en perspective. Certains outils sont utilisés, des exercices peuvent éventuellement être donnés mais la base du coaching c’est le questionnement
  • dans le respect de la confidentialité et dans un souci de bienveillance : les raisons qui mènent une personne à entamer un travail de coaching, les émotions qui peuvent surgir en séance, les confidences qui y sont faites relèvent toutes de l’intime de la personne. La confidentialité sur ce qui se déroule en séance est la règle numéro 1 de la déontologie des coachs. La bienveillance est la seconde.
  • sur le court terme et encadré par un contrat : le coaching est un processus d’accompagnement précis qui s’engage autour d’une problématique, en vue de résultats. Il est formalisé par un contrat qui encadre la durée, le lieu et le périmètre d’action
  • pratiqué par un professionnel certifié ou diplômé : l’exercice du coaching n’étant à ce jour pas encore encadré juridiquement, la formation du professionnel auprès d’une université (Diplôme d’Etudes Supérieures de l’Université) ou d’une école certifiée est un gage de sérieux, d’appui théorique et de déontologie. 

==> Nous sommes formé en Coaching Professionnel à l’Université Paris VIII (Diplôme de DU obtenu en 2016)

Qu'est-ce que n'est pas le coaching ?

  • du conseil, du mentorat, de la formation : le coach, quelle que soit son expérience, n’est pas là pour donner un avis ou un programme à exécuter. Son vécu professionnel n’est certes pas neutre et lui permet d’avoir une bonne connaissance d’un certain nombre de problématiques rencontrées au travail. Mais il n’adopte pas une posture de « sachant » face au coaché  : tout son travail est de permettre l’auto-réflexion pour déboucher sur ses propres réponses et solutions
  • une psychothérapie : le coaching n’est pas une thérapie. Ce n’est donc pas un travail qui vient « soigner » en analysant le passé mais un travail qui vient « aider » à évoluer vers un but précis. Cela ne signifie pas pour autant que la psychologie est absente du coaching puisque les grands courants théoriques du coaching en sont issus et que l’on traite du rapport personnel au travail de chacun

Comment se passe concrètement une séance ?

Après une première rencontre pour faire connaissance et voir si le feeling est bon, nous définissons ensemble une problématique de travail. On prévoit autour de 8 séances (entre 6 et 10, en fonction de la demande), tous les 15 jours environ, qui durent 1h30. A chaque séance, nous travaillons sur une question précise dans le but de répondre à l’objectif fixé (par des questions, des exercices, des jeux…). Nos interventions visent parfois à déstabiliser des croyances qui empêchent la personne d’avancer, parfois à tout simplement accueillir des émotions qui bloquaient, parfois à soutenir, parfois à provoquer… toujours dans ces trois grands principes de la déontologie à laquelle nous souscrivons : bienveillance, non-jugement et confidentialité.